Le Blog d'Edouard Husson

Panurge et les moutons



Un parti sans instinct de survie

Je ne suis pas allé voter aux primaires de la droite et du centre. Les candidats qui se présentaient appartiennent à la famille pour laquelle je vote régulièrement. Mais je suis opposé au système des primaires, dont je pense qu'il est contraire à l'esprit des institutions de la Vè République.

De Gaulle a créé une élection présidentielle fondée sur la rencontre entre une personnalité et la société française. Pour échapper aux arrangements des partis. C'est une grammaire qu'Emmanuel Macron possède - et il pèse aujourd'hui plus lourd dans l'opinion que le candidat issu de la primaire de la gauche.

Je reconnais que la primaire de la droite a rendu partiellement la parole aux électeurs, qui ont fait échouer le scénario Juppé, écrit d'avance par les médias et les notables. Mais constatons aussi que Les Républicains sont coincés: si Fillon était amené à se retirer de la course, le remplaçant serait dépourvu de légitimité car sa candidature serait issue d'un arrangement en coulisses. Issu aussi du comportement suicidaire d'un parti qui semble ne plus avoir aucun instinct de survie, ni pour lui-même ni pour la démocratie.  

En ne soutenant pas François Fillon, le candidat souhaité par leurs électeurs, les Républicains sont en train de se suicider collectivement. Ce faisant, ils ébranlent profondément notre système politique. 

  

Panurge et les moutons

Prenez-le comme vous le souhaitez, du point de vue de l'instinct du pouvoir ou d'un point de vue éthique, que l'individu accusé par les médias s'appelle Fillon ou Dupont, vous ne sortirez pas d'un constat simple: ne pas soutenir le candidat adoubé, c'est creuser la tombe collective du parti. 

"Right or wrong, my country". François Fillon devait être défendu par des bataillons serrés de parlementaires. Désemparé par la soudaineté et la violence des attaques; ayant rarement consacré du temps à réfléchir aux pièges de la communication, le candidat méritait qu'on l'aide. Il aurait suffi, sans doute, qu'il s'engage, dès le premier article dans Le Canard Enchaîné, à rembourser les sommes contestées et promette de ne pas toucher de salaire à la présidence. Dans tous les cas, il fallait faire front, se grouper autour du chef, pour protéger le groupe tout entier. 

Cela aurait été faire preuve d'autant plus de lucidité que la manière dont les attaques sont menées devrait inspirer de la méfiance. Je ne crois pas aux complots - réflexe d'historien; je constate en revanche que les coups ont été portés méthodiquement, de manière réfléchie, avec une montée en puissance. Et un effet délétère maximum puisque journalistes et classe politique semblent se précipiter dans la direction qu'on leur indique sans jamais se demander s'ils ne succombent pas à un emballement mimétique. Panurge, pour se venger de Dindenault, jette un mouton à la mer et tous se précipitent

Imaginons que François Fillon doive se retirer; puis que, dans quelques semaines, toutes les accusations s'effondrent. Que l'on découvre qu'il y a eu, après la pichenette d'un Panurge, un emballement collectif irréfléchi, au cours duquel médias, politiques et juges se sont convaincus les uns les autres sans vérification en profondeur. C'est toute la crédibilité de notre démocratie qui peut s'effondrer.

Quand bien même certaines accusations seraient fondées, il faudrait aussi se rappeler la vieille sagesse qui fonde nos démocraties: le refus de la logique du bouc émissaire. Le Talmud comme les Evangiles ou Platon le disent: quand les accusateurs sont unanimes, il faut innocenter l'accusé. Pas de démocratie sans habeas corpus, sans présomption d'innocence, sans avocat de la défense.

Force est de constater que François Fillon n'a droit à aucune suspension du jugement jusqu'à plus ample informé. Force est de constater la régression de civilisation consistant, pour abattre un homme politique, à s'en prendre lâchement à ses proches.

Je ne sais pas si François Fillon a commis des fautes répréhensibles. Je ne me sens lié par aucun vote à son égard. Je réagirais exactement de la même façon si Emmanuel Macron ou Benoît Hamon étaient plongés dans une pareille tourmente. Etre un homme libre, mériter le beau nom de citoyen, c'est refuser d'entrer dans l'unanimité accusatrice.  

Les dieux rendent fous ceux dont ils souhaitent la perte.

Je dois confesser ma naïveté. Je croyais à la sincérité des journalistes, des politiques, des élites en général, quand ils dénonçaient le danger du Front National. Je pensais, non moins naïvement, qu'il était préférable d'avoir deux lignes de défense face à Marine Le Pen: celle de Fillon au centre-droit et celle de Macron au centre-gauche.  Visiblement nos élites ont perdu leur boussole. Il ne restera peut-être plus qu'une ligne de défense dans quelques jours - contre tous les principes de l'art militaire. Comme si on garantissait la stabilité politique avec un seul candidat éligible au centre! 

J'étais naïf ou plutôt j'oubliais que nous sommes un pays où les monarchistes ont joué la défaite du roi en 1791-1792; où une majorité parlementaire de gauche a voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain en juillet 1940. 

La meilleure antidote à la démagogie d'extrême-droite ou d'extrême gauche tient dans la capacité de la représentation politique des citoyens à organiser un débat, éclairé et vigoureux à la fois, entre un centre-droit et un centre-gauche. La démocratie fonctionne quand il existe un parti qui trouve les moyens pratiques de la justice sociale et, en face, un autre qui encourage l'initiative individuelle et l'entrepreneuriat; quand les premiers organisent l'ouverture au monde quand les seconds sont au contraire préoccupés concrètement de la souveraineté du territoire etc....

Autant dire qu'en ne cherchant pas à maîtriser l'emballement collectif en cours, le système politique français se met en grand danger. Nos responsables ne tirent pas plus maintenant qu'en 1790 ou en 1940, des leçons politiques de l'expérience du Royaume-Uni. Quel bel exemple, par contraste avec la France que le retour récent du Royaume-Uni à un parlementarisme assumé et efficace. La Cour suprême a confirmé qu'il ne pouvait y avoir de demande de sortie de l'Union Européenne officielle de la part du gouvernement qu'après un vote du Parlement. Et le Parlement est en train de voter en faveur du Brexit car il serait impensable de ne pas respecter le vote populaire par referendum. En même temps, le Parlement se réaffirme comme le lieu où se déroule la modération, à tous les sens du mot, des discussions.  

Nous sommes bien loin de la maturité politique du Royaume-Uni. L'engrenage mimétique des accusations contre le favori de l'élection présidentielle n'aura fait, quelle qu'en soit l'issue, qu'entretenir l'instabilité politique dont souffre notre pays.  

 

Jeudi 2 Février 2017
Edouard Husson


Dans les médias
Derniers tweets
Edouard Husson : Claude Catala coupe le ruban marquant le méridien de Paris dont le tracé a marqué, le 21 juin 1667, la création de… https://t.co/FbeBwQ64NF
Mardi 20 Juin - 20:45
Edouard Husson : Johann Farjot et l'Orchestre de PSL parcourent 350 ans d'histoire de la musique en hommage à l'Observatoire de Pari… https://t.co/fVsrPYY7jG
Mardi 20 Juin - 19:49
Edouard Husson : Claude Catala ouvre la soirée du 350è anniversaire de l'Observatoire de Paris @psl_univ @marc_mezard https://t.co/ajj7ZdFQQ8
Mardi 20 Juin - 19:13
Edouard Husson : RT @C_Cripps: #PSL President @marc_mezard hosts President Lin Jianhua #PekingUniversity as we continue to develop our partnership. #researc…
Lundi 19 Juin - 16:11
Edouard Husson : Congratulations Chris: you worked very hard to build strong international partnerships for PSL. Essential to reach… https://t.co/2pRRRq4Gfe
Jeudi 15 Juin - 16:52
Edouard Husson : Fierté: Paris Sciences & Lettres 38è dans le classement de réputation mondiale des universités, 1ère française @psl_univ @THEworldunirank
Jeudi 15 Juin - 12:46
Edouard Husson : RT @CathRouvier: Pari réussi pour Paris Sciences et Lettres #PSL Avec #ParisDauphine #ENS et #CNRS désenclaver écoles université et centre…
Jeudi 15 Juin - 08:26
Edouard Husson : RT @c40cities: 💚27 villes du monde ont rejoint notre initiative d'illuminer de vert leurs monuments. Les villes sont la solution pour le Cl…
Mardi 6 Juin - 12:37
Edouard Husson : Caso Piskorski: la lettera del Senatore Razzi all’Ambasciata polacca in Italia https://t.co/qTcYzQKVkC
Lundi 29 Mai - 23:48
Edouard Husson : "We have to live with unpleasant truths: the euro has torn Europe between North and South" (T.G. Ash, Aix-La-Chapel… https://t.co/pOowpRJUBo
Jeudi 25 Mai - 13:20